head

Share Button

Nous avons reçu ce « point de vue » de Guy Chassigneux, suite à la rencontre des mouvements citoyens organisée par GO le 30 Avril.

« J’ai été bien inspiré d’avoir accepté l’invitation du groupe GO Citoyenneté à une de leur rencontre où j’ai apprécié la diversité et l’honnêteté des intervenants, de quoi apporter enfin un contre point à mes litanies tourmentées et chagrines quand sur ce blog, il s’agit de politique. http://blog-de-guy.blogspot.fr/

Il y avait ce samedi matin des élus de la majorité grenobloise et des opposants, des impliqués expérimentés dans la METRO, des technos du conseil départemental, des citoyens…

Une élue du « réseau citoyens » (de Grenoble NDLR) qui redit l’enthousiasme de la campagne électorale et ses contradictions présentes, redonne foi en une classe politique pourvoyeuse infatigable en occasions de désespérer de cette engeance. Nous voilà éloignés un moment des généralisations forcément hâtives.

Bien que la maîtresse de Conférences, effrite le mythe d’une équipe municipale unanime, elle ne joue pas les Duflot ou les Fillipetti qui ne savent rien de la loyauté mais ont recherché matière à romans prévisibles.

Une éveillée de « La nuit Debout » était là aussi avec sa virulence, accueillie avec bienveillance par le groupe qui retrouvait là de ses utopies autogestionnaires passées rafraichies par les réseaux sociaux.

Elle était pleinement dans la préoccupation commune de faire mieux vivre la démocratie.

Alors que d’autres militants aux franges du PS ou de EELV, pour « La primaire à Gauche »… également critiques envers les élus, savent bien d’expérience que des particuliers, de chez intérêt particulier, maquillés en « membres du peuple » contredisent parfois l’intérêt général, la jeune utopiste nous a livré quelques références livresques, tout en rappelant des démarches de tirage au sort, de révocation par des assemblées souveraines, de mandat impératif et unique.

Au pays des 30 millions de sélectionneurs, « juger » se différencie de « gérer ».

Si l’expérience de « gouvernance collégiale et participative » à Saillans  (Drôme) est une référence pour beaucoup, la taille des groupes de paroles et l’étendue des pouvoirs sont un problème quand les arbitrages à l’échelle des métropoles se présentent comme déterminants alors qu’au niveau des quartiers ne subsistent que des simulacres de choix.

De quoi rester sans voix quand le quidam – pour éviter le mot « citoyen » tellement défraichi –  se demande:

« Pourquoi participer si on ne dispose pas du pouvoir de décision ?»

L’optimiste Paul Bron, a réalisé un compte rendu  visible ici http://go-citoyennete.fr/?p=2991, il connait bien le dilemme :

« D’un côté, de nombreux habitants sont en prise avec des difficultés quotidiennes d’emplois, logements, de précarité, de l’autre le fonctionnement institutionnel est de plus en plus complexe à appréhender : comment les citoyens peuvent-il s’impliquer, alors qu’ils ont l’impression que les choses leur échappent ? »

Guy Chassigneux

 

Une réponse

  1. Ryboloviecz dit :

    Merci Guy pour ce texte qui reflète bien l’ensemble des questionnements qui se sont posés à nous lors de cette rencontre riche et intéressante à plusieurs points de vue.
    Faire de la politique autrement est un pari difficile à mettre en œuvre, mais il faut constater que les participant.e.s à cette 1ère rencontre ont montré qu’ils.elles avaient envie de tenter, essayer, tester …
    Nous avons pu également constater que la pertinence du territoire d’intervention des collectifs est aussi une question. Nous allons sans doute pouvoir travailler sur tout cela, lors de futures rencontres que nous souhaitons organiser, dans la dynamique impulsée par cette première matinée vivifiante !
    David Ryboloviecz
    Co-président de Go

  • Archives

  • GO CITOYENNETE

    6 rue Berthe de Boissieux, Boite aux lettres n° 109, 38000 GRENOBLE
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com