GO Citoyenneté est un mouvement politique local de gauche,
ancré dans la métropole grenobloise,
construit avec des citoyens engagés.

Indépendant et ouvert, il ne reçoit de consignes d’aucun parti

et a une approche concrète et solidaire de la politique.

Go Citoyenneté réunit des habitants de la métropole grenobloise, issus de milieux, professions, cultures, origines, et quartiers divers. Depuis sa création en 1993, GO a comme axes : l’hospitalité, la participation citoyenne, la lutte contre les inégalités sociales, éducatives, économiques et environnementales.

  • Pour un véritable partage des richesses et de la solidarité

  • Pour une revitalisation du pouvoir d’agir des habitants

  • Pour la valorisation de l’engagement citoyen à tous les âges de la vie

  • Pour une éthique et une sobriété de la pratique politique

  • Pour un respect de la nature, de la biodiversité et du vivant

Notre posture est subtile, elle va à l’encontre des grandes tendances simplistes de la politique d’aujourd’hui ; elle repose sur l’assurance de la capacité des femmes et des hommes à s’organiser, autonomiser leur pensée afin d’aller vers une co élaboration et une co décision politique. Elle repose sur la responsabilisation d’un collectif, sans personnalisation à outrance qui induit des relations d’allégeance et non raisonnées.

GO Citoyenneté a participé aux mandats municipaux à Grenoble de 1995 à 2014 avec plusieurs élus, a eu entre 2014 et 2020 un élu, dans l’opposition de gauche et depuis 2020 n’a plus directement d’élus.

L’association GO Citoyenneté est un lien entre éducation populaire et engagement politique, un pont, parfois en tension entre vie associative et monde politique.

2023

GO Citoyenneté, s’inquiète de l’augmentation des impôts fonciers à Grenoble qui renforce les inégalités dans les quartiers populaires et engage un travail de fond sur le sujet pour comprendre le calcul des bases locatives et identifier les leviers possibles.

Go Citoyenneté est attentive à l’idée de bouclier social proposé par la municipalité grenobloise, mais qui manque de consistance et de réalité concrète sur le terrain (avec même une augmentation prévue des coûts pour certaines familles, en matière de périscolaire).

2021

GO citoyenneté a présenté, pour les départementales, une candidate comme suppléante sur le canton 3 de Grenoble, sous la couleur du Printemps isérois, belle démarche réunissant l’ensemble des partis de gauche.

2020

GO Citoyenneté s’est engagé au sein de Grenoble nouvel air (GNA) dans les municipales à Grenoble. Force est de constater que le projet fort en matière de solidarité, d’inclusion, de citoyenneté active et de démocratie participative n’a pas su, ou pu, attirer suffisamment les électeurs et électrices grenoblois.es lors du 1er tour, pour lequel, au vu de la situation sanitaire, un nombre important s’est abstenu, notamment dans les quartiers populaires.

A l’issue du 1er tour, qui a largement mis en tête la liste portée par le Maire sortant, GO citoyenneté a poussé au rapprochement des 2 listes de gauche, comme nous nous étions toujours engagé.es. Mais nous constatons que ce rapprochement, ni même une simple rencontre entre les deux listes, n’a pas été possible, le Maire sortant ne l’ayant pas souhaité. C’est dommage, une alliance aurait renforcé le projet pour tous les Grenoblois.es.

2019

Les 12 propositions de GO Citoyenneté pour impulser au sein de la gauche métropolitaine un fonctionnement démocratique donnant une vraie place aux citoyen.nes

Un travail collectif de militant.es de GO a permis de construire un socle de valeurs incontournables à notre engagement. Ce texte n’est pas d’un programme municipal, mais des propositions pour impulser au sein de la gauche un fonctionnement démocratique donnant une vraie place aux citoyen.nes.

Les 12 propositions sont réunies en 6 axes :

  • Rassembler les partis et collectifs de gauche

  • Revoir l’organisation démocratique

  • Créer des maisons citoyennes

  • Promouvoir une métropole de proximité

  • Impulser des élu.es médiateur.rices

  • S’engager fortement dans l’écologie sociale et populaire

2017

Grâce au travail constant de notre élu, Paul Bron, nous avons tenté de faire des propositions, de soutenir l’ouverture de dialogue lors de sujets tendus ((réorganisation des bibliothèques, Conseil Citoyens indépendants, votations, etc.), pour tenter de construire des consensus. Les oppositions à la municipalité Piolle sont aujourd’hui très fortes et nous avons souvent l’impression d’un réel gâchis ! Nous souhaiterions que les élu.e.s de gauche, puissent reprendre le chemin du dialogue et de la concertation, au service des grenoblois.e.s et des habitant.e.s de la Métropole tout entière. Sans une volonté mise en actes de dialogue, nous craignons que les projets s’enlisent (politique de la ville, culture, démocratie participative), au dépend notamment des plus fragiles d’entre nous.

La question de la Métropole est le dossier majeur des années à venir. Cette entité politique et territoriale est peu connue ou reconnue par les habitant.e.s, alors que progressivement les compétences des communes ou d’autres collectivités (notamment le Département) sont confiées à la Métropole.

C’est donc bien à cette échelle que nos élu.e.s doivent penser et construire, qu’il s’agisse par exemple de la politique de la ville, pour réfléchir à la place des quartiers prioritaires dans le territoire, qu’il s’agisse de la politique du logement ou encore de la culture (un bien commun et porteur d’une réelle émancipation des personnes).

Nous avons pu ainsi proposer plusieurs « samedi de GO » permettant aux adhérent.e.s et aux sympathisant.e.s de venir travailler sur la problématique métropolitaine. Nous avons également initié quelques rencontres avec des collectifs citoyens, pour réfléchir ensemble à la manière de faire de la politique autrement, mais aussi à l’engagement et au passage de la réflexion à l’action politique.

2016

GO Citoyenneté a organisé plusieurs rencontres dans le quartiers, un débat sur l’éducation et a rencontré plusieurs collectifs et autres associations pour échanger sur les questions du « bien vieillir dans l’immigration ».

2014

Gros investissement de GO citoyenneté dans la campagne pour les municipales grenobloises.   GO Citoyenneté a pris fortement position pour une alliance avec l’autre liste portée par les écologistes, mais n’a pas été suivi au sein de l’équipe engagée ; GO a fait le choix de la solidarité avec la liste.

Notre liste avait intégré des éléments de changement, mais n’est pas allée jusqu’au bout dans le renouveau, tant dans la posture que dans l’expression.

L’envie de changement s’est installée qui a cristallisé sur les colères et les mouvements (Mounier, Esplanade, Berriat, Villeneuve…).

8 élus de notre liste sont donc aujourd’hui dans l’opposition.

Paul Bron est l’élu de GO Citoyenneté au sein de l’opposition de gauche. GO citoyenneté ne dispose pas d’élus à la Métropole.

2008

Forts de 7 élus durant le dernier mandat, GO citoyenneté partage le bilan positif de la majorité sortante. Nous avons travaillé collectivement à promouvoir la démocratie participative, le développement éducatif, culturel et sportif, l’habitat, le renouvellement urbain des quartiers, la prise en compte des questions de société dans l’innovation technologique. Nos élus ont exprimé tout au long du mandat une conception volontariste de l’engagement politique : écoute des habitants ; débats publics sur les projets avec les habitants, les associations et les services municipaux ; prise de décisions collégiale et responsabilité partagée de la gestion de la ville ; loyauté politique enfin, à l’égard du Maire et de la majorité municipale.

Nous nous présentons aux élections municipales pour porter notre projet pour Grenoble et son agglomération et poursuivre le dialogue avec les électeurs et les appeler à nous rejoindre et nous soutenir.

Nos propositions :

  • une politique de solidarité sociale (habitat, santé, services publics de proximité)

  • l’égalité d’accès à l’éducation et à la culture et le respect de la diversité culturelle

  • le développement d’une citoyenneté active et d’une démocratie vivante

  • un développement territorial solidaire et durable

  • la construction d’une communauté d’agglomération plus forte et plus démocratique

  • une dynamique d’innovation sociale.

Nous avons étudié une alliance de premier tour dans une liste conduite par Michel Destot. GO Citoyenneté souhaitait présenter un projet politique fort en constituant avec les partis de la gauche classique la charpente de la future majorité. Nous voulions garder le poids nécessaire pour que les valeurs que nous défendons continuent à inspirer l’action municipale dans le prochain mandat. Nous n’avons pas été entendus.

GO Citoyenneté est donc parti seul au premier tour des élections municipales et a rejoint la liste de Michel Destot au 2sd tour.

GO Citoyenneté entend ainsi poursuivre et amplifier l’engagement qu’il a porté au sein de la majorité municipale issue des élections de 1995 et 2001, et continuer à donner à la municipalité grenobloise cette spécificité politique quasi unique dans les grandes villes françaises à savoir l’alliance des partis de la gauche classique (28 élus sur 59) et d’un mouvement local de citoyen (7 élus) qui a donné à cette ville une majorité stable et durable.

Ayant constamment agi avec loyauté et responsabilité dans cette alliance, s’étant impliqué avec force dans toutes les délégations qui lui étaient confiées, GO Citoyenneté revendique l’ensemble du bilan municipal des douze années écoulées avec ses réussites et ses insuffisances. Et il se sent fondé à affirmer l’actualité et la nécessité des orientations politiques qu’il veut continuer à promouvoir dans le prochain mandat municipal :

  • la citoyenneté et la démocratie. Chacun a capacité à être citoyen, à participer aux réflexions, débats et délibérations qui concernent l’organisation de la vie commune dans notre ville et notre agglomération. Les pouvoirs publics locaux sont tenus de correspondre à cette capacité citoyenne et à cette exigence de démocratie participative.

  • L’action politique est une action collective. Les décisions dont les élus ont la charge doivent faire l’objet d’une démarche collégiale aux règles clairement établies.

  • L’animation de ce travail politique relève d’un Maire qui y consacre l’essentiel de son temps. Il ne peut pas être, en même temps député. Le mandat de Maire (et de président de Communauté d’Agglomération) n’est pas compatible avec un mandat de parlementaire, pour des raisons d’efficacité et d’éthique démocratique.

  • Construire et aménager une ville et une agglomération fortes et solidaires ouvertes à tous où l’on puisse habiter, vivre, travailler, quelles que soient l’origine sociale, la couleur de la peau, les ressources. Les enjeux liés à l’éducation et à la culture, à l’insertion sociale et professionnelle, à l’habitat et au développement économique et urbain nous paraissent à cet égard primordiaux.

2006 

L’ambition d’un affichage politique plus marqué impose à GO de faire les choix qui expriment sa différence. GO Citoyenneté organise :

  • Des ateliers destinés à confronter la diversité des approches et des perspectives sur des questions telles que l’insertion dans la vie professionnelle, l’accès au logement, le rôle de l’Etat et des services publics, les nouvelles technologies, le pluralisme de la société, le devenir de l’Europe.

  • Un nouveau site doté d’une équipe de rédaction en capacité de l’animer comme un lieu de formation et de débat. Il est appelé à compléter les autres moyens de communications de GO et à l’ouvrir à de nouveaux publics.

2001 

À l’approche des élections municipales, écologistes et gauche citoyenne décident de faire liste commune au premier tour. Ils proposent aux grenoblois une équipe voulant travailler avec ceux qui exercent une action significative dans la cité. Ils déclarent ne recevoir de consignes d’aucun parti et refuser le cumul des mandats. Ils entendent agir localement sans négliger les enjeux nationaux, européens et mondiaux de leur action politique. Ils veulent privilégier le débat, le pluralisme et la collégialité des décisions. Ils s’attachent à l’ambitieux projet de « construire une ville solidaire, écologique et citoyenne ».

La liste des gauches, à dominante socialiste, l’emporte finalement avec 7 élus de GO ciotyenneté. Ceux-ci participent à l’exercice du pouvoir municipal, en particulier dans les domaines du logement social, de l’urbanisation, des finances locales, de la vie des quartiers, de la culture et de l’éducation.

Avec des forces limitées, GO doit inscrire son action dans une évolution de la situation locale où, par loyauté à l’égard de la majorité municipale, son positionnement manque, non d’efficacité, mais de lisibilité. Cette difficulté l’amène à se demander comment s’affirmer plus clairement en tant que mouvement politique à part entière ayant pour spécificité de faire toute leur place aux diverses composantes de la société civile.

1995

La nouvelle majorité municipale qui l’emporte compte 8 élus de GO citoyenneté, 11 de l’ADES et 28 de la liste PS-PC. GO Citoyenneté s’affirme comme un lieu de réflexion et de proposition en lien étroit, tant avec ses élus qu’avec les habitants de la ville. GO a la conviction que la politique doit être renouvelée en comptant moins sur les partis que sur les citoyens. Il veut prendre appui sur le mouvement associatif comme intermédiaire entre les pouvoirs et le peuple. Trois perspectives orientent son action :

  • Considérer le citoyen comme principal acteur de la démocratie ;

  • S’opposer à une mondialisation assujettie à l’économie ;

  • Construire une société pluraliste et laïque.

GO étend son réseau de relations, suscite réunions et débats, met en circulation un Bulletin d’information et une Lettre de ses élus.

Jean Giard et Daniel Hollard publient un livre : « A la recherche du citoyen, Histoire(s) de GO », L’Hamarttan, questions contemporaines

18 septembre 1993

L’Assemblée générale constituante, réunie à la Bastille, crée l’association Grenoble Objectif 95 dont le but est de préparer les prochaines élections municipales et de mettre fin au pouvoir de ceux que le « système Carignon » a séduits ou dévoyés. Elle constitue, non un parti, mais un mouvement décidé à provoquer un élan de renouveau politique fondé sur la participation des citoyens. La mobilisation de l’ensemble de la gauche grenobloise suscite l’élaboration collective d’un projet municipal, mais elle se heurte à des résistances partisanes telles que la gauche se présentera aux électeurs en ordre dispersé.

La préhistoire : Les Groupes d’Action Municipale : GAM

Dans la préhistoire de GO, une place déterminante doit être faite aux GAM (groupes d’action municipale) dont Hubert Dubedout a été l’un des fondateurs. L’affirmation qui a fait la force des GAM et qui s’est imposée aux municipales de 1965, est celle dans laquelle GO se reconnaît encore : « Il n’y a pas de cité sans citoyens ! »

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.