« L’Isère va perdre 460 logements sociaux neufs »

Share Button

Pour Michel Blandin, directeur général de Scic Habitat Rhône-Alpes, Pierre Ribaud, président de l’OPAC 38, Michel Delafosse, président de Pluralis, Monique Vuaillat, présidente d’Actis et Jean-Philippe Motte, président de Grenoble Habitat, il devient urgent que la question du logement réinvestisse le débat politique.

 


Article de Gwendoline BEZIAU publié dans le DL du 13 décembre 2011

"L’Isère va perdre 460 logements sociaux neufs"
Les bailleurs sociaux de l’Isère sont inquiets de ne pas pouvoir poursuivre l’effort de création de logements sociaux à hauteur des besoins dans le département, et ils le font savoir. Réunis dans l’association Absise, ils ont tenu hier une nouvelle conférence de presse où, dans le ton de leur voix, on pouvait entendre de la colère aussi… Car « 2011 sera à marquer d’une manière noire » affirme Michel Delafosse, le président de Pluralis : « Non seulement l’Etat a créé un prélèvement sur les organismes HLM, un impôt HLM, reversé au budget de l’Etat, mais une hausse de la TVA de 5,5 % à 7 % sur l’ensemble des travaux va aussi lourdement nous impacter ».

« Le logement doit devenir une priorité nationale »

Au total, les bailleurs sociaux de l’Isère estiment ainsi à 7 millions d’euros (soit 30 % des sommes qu’ils affectent à la construction) ces dépenses supplémentaires imposées par le plan de rigueur du gouvernement et qui « se traduiront automatiquement par une baisse significative de l’activité en matière de construction neuve et d’entretien.

Concrètement, ces mesures fiscales équivalent à la réhabilitation thermique de 530 logements par an ou à la construction de 460 logements neufs sur les 2 700 que prévoit le Programme local de l’habitat 2010-2015 », dont il sera d’ailleurs fait un premier bilan aujourd’hui à la Métro. Des logements neufs qui ne verront donc pas le jour…

« Malheureusement, ce n’est pas fini, assure Michel Delafosse : le budget 2012 prévoit une nouvelle diminution des aides de l’Etat. Autrement dit, le -30 % risque rapidement de se transformer en -40 %. A moins que… ». A moins que « le logement devienne une priorité nationale », comme le réclame haut et fort Absise en écho à l’Union sociale pour l’habitat qui exhorte l’Etat à prendre des mesures fortes en faveur du logement social (encadrer les loyers du parc privé à la relocation par exemple ou soutenir la production de logements sociaux…).
«Mais pour que le logement devienne une priorité, encore faudrait-il qu’il ait tout sa place dans le débat politique, or c’est loin d’être le cas, regrette Monique Vuaillat, la présidente d’Actis. Il faut pourtant qu’il devienne l’un des sujets de l’élection présidentielle parce que le logement figure parmi les préoccupations principales des Français.

Pour certains, cette question-là est même vitale. Sans compter les répercussions sur le marché du travail. Quand on sait que la construction neuve crée en moyenne deux emplois par habitation, ce sont environ un million d’emplois qui vont être touchés en Isère».

Article de Gwendoline BEZIAU publié dans le DL du 13 décembre 2011

http://www.ledauphine.com/isere-sud/2011/12/12/l-isere-va-perdre-460-logements-sociaux-neufs

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com